Somfy confirme le ralentissement de la consommation discrétionnaire. En Bourse, le titre du leader mondial de l'automatisation des ouvertures de la maison et du bâtiment teste le seuil des 100 euros pièce franchi il y a deux ans à la faveur de la pandémie.
Par Les Echos
Le ralentissement de la consommation est-il soluble dans les « mégatendances » ? Les gérants qui ont développé des thématiques d'investissement sur la transition climatique et la digitalisation l'espèrent, mais le cas d'école fourni par Somfy montre une réalité plus complexe.
La métamorphose du numéro un des moteurs de volets , né il y a cinquante-trois ans, en leader de la domotique et des automatismes d'ouverture et de fermetures du bâtiment l'a connecté sur l'émergence de la maison intelligente, pilotable à distance et économe en énergie.
Le coup d'accélérateur du Covid-19 lui a fait franchir en deux ans les seuils des 4, des 5 et des 6 milliards d'euros de capitalisation, pendant que ses ventes gagnaient plus de 23 % par rapport à l'avant-pandémie. L'entreprise contrôlée à plus de 70 % par la famille Despature a étoffé sa boîte à outils par des emplettes (logiciels, réparation des stores, pergolas bioclimatiques).
Mais le volet de la Bourse roulant dans les deux sens, les 4 milliards ont été repassés en baisse dès cet été après le coup d'arrêt à sa croissance (-0,1 % au second trimestre après +9,2 % de janvier à mars). L'impact sur le bénéfice net est démultiplié (-12 % au premier semestre).
Entre le budget vacances gonflé par l'inflation et l'amélioration de leur habitat, les ménages ont choisi. Le savoyard, lui, maintient ses projets stratégiques. Mais des arbitrages plus difficiles restent peut-être à venir.
Le titre Somfy a testé jeudi en Bourse le cap des 100 euros franchi à l'été 2020, mais celui-ci a néanmoins bien tenu (-4,1 % à 103 euros). En tenant compte de sa trésorerie nette (588 millions d'euros pour une capitalisation d'environ 3,8 milliards), l'action s'échange autour de 11,5 fois les résultats attendus cette année, pour une croissance du chiffre d'affaires annuel escomptée à +3,6 % par Oddo BHF.
Tous droits réservés – Les Echos 2022

source

Catégorisé: