Un appareil en vente libre dans le commerce permet d’ouvrir et de partir avec un véhicule en quelques secondes.
Image d’illustration.
Plus besoin de chercher vos clés dans le fond de vos poches ou de votre sac, il suffit de les avoir sur vous et votre voiture se déverrouille et démarre. Cette technologie de clés électroniques sans contact, ou «Keyless-Go-System» en anglais, fait désormais partie du quotidien des automobilistes. Mais elle ne serait pas très sûre, selon un article du Blick paru ce samedi. En plus, note le journal alémanique, peu de constructeurs essayent de contrer cette faille.
Ces conclusions émanent d’un test du club automobile allemand ADAC qui a mis à l’épreuve environ 500 modèles de voitures durant plusieurs années. Résultat: pas besoin de connaissances particulières dans le piratage informatique pour voler une voiture. Un appareil – appelé dans le jargon prolongateur de portée wi-fi ou expanseur de portée – disponible pour une centaine d'euros sur le marché suffira pour commettre un larcin en quelques secondes.
Grâce à ces appareils qui agissent comme des antennes-relais, les voleurs peuvent transmettre les ondes émises par la clé du véhicule sur plusieurs centaines de mètres, explique le Blick, et ainsi avoir accès au véhicule en toute discrétion. Un des voleurs se poste près du propriétaire de la voiture. Il transmet le signal à un complice qui se trouve à côté du véhicule et le tour est joué. Une fois démarrée, la voiture peut rouler jusqu’à la panne sèche ou le déchargement des batteries.
Il existe des solutions pour prévenir ce genre de vol, comme des étuis qui diminuent le signal de la clé. Le plus efficace étant le système à «ultra-large bande» (UWB). Cette technique permet de mesurer la distance à laquelle se trouve la vraie clé et de maintenir le véhicule fermé même si les malfaiteurs relaient le signal jusqu’à la voiture. Selon ADAC, sur les 500 modèles de voitures examinés, seuls 24 étaient équipés de cet antivol.
(L'essentiel/jba)
Ton opinion

source

Catégorisé: