Paris, en 1991. Henry s’apprête à partir au service militaire et Sonia, une vieille amie, décide de lui faire une surprise pour son dernier jour de liberté : une visite des catacombes de Paris. Problème, une fois sous terre le duo, accompagné d’un troisième larron équipé d’un caméscope et d’un guide, va multiplier les mauvaises rencontres…
Réalisé directement pour la plate-forme OCS, ce petit film réalisé par un jeune Belge, Grégory Beghin, et écrit par l’auteur et scénariste Niko Tackian, transpire l’amour pour le film de genre. Il bénéficie également de l’apport de comédiens qu’on sent impliqués, tel Sofia Lesaffre, que ne rebute pas les environnements sombres (« Seuls » en 2017, « La Terre et le sang » en 2020). L’histoire affiche enfin quelques péripéties bien amenées, notamment une liée à l’histoire tragique du XXe siècle.
Mais pour cela, il faut attendre la deuxième partie du long-métrage. Auparavant, comme ses personnages, on est souvent dans le noir, et on a l’impression de ramper à la vitesse d’un escargot, voire de faire du surplace quand surviennent les figures imposées du film d’enfermement…
Le petit budget se fait également sentir, même si les rares effets gores restent de bonne tenue. Bref, après le fort décevant « Catacombes », sorti en 2014, et ce « Deep Fear », le film ultime sur le dédale souterrain parisien reste toujours à venir…
Guide Shopping Le Parisien
Offres d'emploi
Codes promo
Services
Profitez des avantages de l’offre numérique
© Le Parisien

source

Catégorisé: