Découvrez tout
l’univers TF1 INFO
Source : JT 13h Semaine
De la lumière à l’eau, en passant par le chauffage, Saint-Sulpice-la-Forêt connaît en temps réel ses consommations d’énergie. "À chaque bâtiment public, on a un capteur qui permet de faire remonter les consommations du bâtiment", indique Yann Huaumé, maire (SE) de ce village d'Ille-et-Vilaine, dans le reportage du 13H de TF1 ci-dessus. 
60 capteurs comme celui-ci sont connectés sur tous les bâtiments publics. L’école est celui qui en regroupe le plus, avec différentes fonctions. "On peut contrôler la consommation d’eau et surtout la consommation d’eau la nuit pour voir s’il y a des fuites. On peut contrôler l’éclairage pour savoir s’il y a de l’éclairage qui reste allumé la nuit aussi, et on a les radiateurs qui sont aujourd’hui pilotés", explique Yann Huaumé. 
L’objectif est de réduire l’usage des énergies à la minute, depuis un ordinateur. "Les personnes quittent le bâtiment, on voit bien que le chauffage redescend et là, c'est le lendemain, on remet le chauffage, montre Yann Huaumé sur son ordinateur. Sur une vie d’un bâtiment public, on a 20% qui est le coût de production du bâtiment, la fabrication du bâtiment et 80%, c’est sa maintenance et son usage. Donc, on voit bien qu’il y a un vrai enjeu d’avoir des bâtiments les plus performants possibles et les moins énergivores", poursuit l’édile.
Depuis six ans, le village a économisé 45.000 euros sur ses dépenses. Grâce à toutes ces installations, Saint-Sulpice-la-Forêt est même devenue la plus petite ville intelligente au monde. Les agents municipaux ont pris de nouvelles habitudes. "Le matin, quand j’arrive, la première chose que je fais, c’est de cliquer sur ce petit symbole et de vérifier les différentes alertes qui sont mises en place ou pas. On s’est aperçu qu’il y avait eu une surconsommation d’eau au niveau de l’école publique de 40 mètres cubes, ce qui nous a permis d’être réactifs le plus vite possible grâce à cette plateforme. Dès le jour même, on est partis sur l’intervention", affirme Bruno Gabillard, responsable des services techniques de la commune. Un dégât des eaux a ainsi pu être évité. 
Mais pour arriver à un tel résultat, la commune a dû investir 200.000 euros. Les habitants saluent ce choix stratégique. "Effectivement, au début, vous vous dites qu’il y avait peut-être d’autres choses à faire, mais apparemment, ça porte ses fruits, donc c’est pas mal", estime une habitante. "C’est prometteur aussi pour l’avenir. Ce serait bien que tout le monde prenne exemple", ajoute une jeune femme. 
Le village ultra-connecté de moins de 1500 habitants souhaite désormais améliorer ses économies d’énergie de 20% à 40% par rapport à la consommation de 2015. 
Sur le
même thème
Tout
TF1 Info

source

Catégorisé: