The Good Nurse (Meurtres sans ordonnance en français) raconte l’histoire d’une infirmière qui suspecte son collègue d’avoir causé la mort de plusieurs de leurs patients. Pour connaître la vérité, elle va devoir se mettre en danger. Ce film disponible sur Netflix depuis ce mercredi 26 octobre était très attendu, réunissant Jessica Chastain et Eddie Redmayne. Si l’histoire est tirée d’un livre du même nom de Charles Graeber, c’est avant tout à l’origine une histoire vraie ! À l’image de la série Dahmer, The Good Nurse relate en effet l’histoire d’un serial killer américain prénommé Charles Cullen. (Attention, si vous n’avez pas encore vu le film, vous risquez d’être spoilé).

L’infirmier né en 1960 a avoué avoir tué une quarantaine de patients très âgés ou atteints de maladies graves dans le New Jersey. Un nombre qui est probablement bien plus élevé. Pour certains experts, il pourrait être responsable de 400 morts. Un record des plus sordides. C’est en 2003 que l’une de ses collègues commence à se méfier réellement de lui. Amy Loughren, interprétée par Jessica Chastain, avait alerté la police et les a ensuite aidés à obtenir des aveux, comme dans le film.
À découvrir également : « Dahmer » : quels sont les passages et détails qui ont été inventés pour la série Netflix ?
Le tueur en série incarné par Eddie Redmayne dans le film Netflix aurait eu une enfance difficile d’après Sky News. Son père est décédé lorsqu’il avait sept mois et sa mère s’est tuée dans un accident de voiture lorsqu’il était adolescent. Charles Cullen aurait tenté à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours à son tour. Après le lycée, il s’est engagé dans la Navy, mais a été renvoyé à cause de ses problèmes psychologiques. Il est alors devenu infirmier et a commencé sa série de meurtres en 1988. Il injectait à ses patients un liquide létal en intraveineuse pendant leur sommeil, c’est pour cela qu’ils n’ont jamais pu découvrir combien de personnes il avait réellement tué.
Grâce à l’infirmière Amy Loughren, Charles Cullen a été arrêté en décembre 2003. Il a déclaré que son but avait toujours été d’abréger les souffrances des patients (devenus ses victimes) condamnés à mourir. C’est ainsi qu’il fut surnommé « l’ange de la mort ». Il est condamné en 2006 à la perpétuité. Une peine qu’il purge encore actuellement à la prison de Trenton, dans le New Jersey.

source

Catégorisé: