Le 6 septembre 2022, Rima Abdul-Malak a détaillé les différentes pistes qui permettront au secteur culturel de réussir sa transition écologique. 
Conviée à s’exprimer en conclusion de la 7e édition de Think Culture, organisée par News Tank Culture et consacrée à la transition écologique dans la culture, la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, a annoncé la mise en œuvre de cinq axes de travail : 
« Créer autrement de nouvelles pratiques durables », ce qui se traduira notamment par un encouragement à la recyclerie des décors ou au développement de l’éco-conception d’expositions. À ce sujet, Rima Abdul-Malak a rappelé que, dans le cadre du 4e Programme d’investissements d’avenir (PIA 4), un appel à projets « Alternatives vertes » doté de 10 M€ avait été lancé pour soutenir un certain nombre d’initiatives, dont le recyclage des décors mené par l’Opéra de Lyon et l’Opéra de Paris.
• « Développer un numérique culturel sobre », afin de réduire l’empreinte numérique culturelle tout en maintenant la présence de la France dans les univers virtuels. 
• « Inventer les territoires et les paysages de demain » pour concilier développement des énergies renouvelables et protection du patrimoine. « L’un des chantiers portera sur l’intégration du photovoltaïque et des panneaux solaires de manière intelligente en travaillant avec les collectivités », a précisé Rima Abdul-Malak.
« Repenser la mobilité pour une culture plus accessible. Il s’agit de concilier le défi d’aller chercher de nouveaux publics, de toucher la jeunesse, tout en réduisant l’impact carbone de leur mobilité qui est l’une des premières sources d’empreinte carbone de la culture. Outre le covoiturage, l’idée de tarifs différenciés ne doit pas être taboue », a-t-elle souligné.
• « Préserver et conserver pour demain », en étudiant les questions relatives à la conservation de l’ensemble des richesses du patrimoine bâti et immatériel dans une logique de transition écologique.
Dans le cadre de France 2030, des leviers seront mis en place en faveur de ces cinq axes d’action. 
Abordant le sujet de la sobriété énergique et l’objectif fixé par le Gouvernement d’une réduction de 10% de notre consommation énergétique à l’horizon 2024, Rima Abdul-Malak a révélé qu’un questionnaire avait été diffusé cet été auprès d’un grand nombre d’établissements culturels ainsi que des structures dépendant des collectivités, afin de faire remonter des propositions sur la façon dont chacun gèrera la crise énergétique durant l’automne et l’hiver et la réduction de la consommation d’énergie. Leur collecte permettra l’édition, à la mi-octobre 2022, d’un vade-mecum répertoriant des conseils issus de bonnes pratiques et d’expérimentations. « Nous allons réaliser un échantillon représentatif de la consommation énergétique d’un CDN et établir un indicateur carbone de cet échantillon qui sera une référence », a ajouté la ministre de la Culture.  
Convaincue qu’il est possible de réussir la transition écologique « sans perdre de vue nos objectifs de toucher les publics les plus divers et les plus larges », Rima Abdul-Malak a enfin incité le secteur culturel à « penser la sobriété énergétique de façon joyeuse », en faisant appel à « l’imagination des artistes et des acteurs de terrain » ainsi que des collectivités. « Nous pouvons en faire un défi positif pour l’ensemble des citoyens », assure-t-elle.     
Source : News Tank Culture
68 rue de la Folie Méricourt
75011 Paris
contact@artcena.fr
T / + 33 (0)1 55 28 10 10
© ARTCENA 2022

source

Catégorisé: